le microbiote

C'est quoi le microbiote ?

microbiote

C’est tout simplement la flore intestinale.

Ce fameux microbiote est composé de 100 milliards de bactéries (10 fois plus que le nombre de cellules de l’organisme). Chaque individu adulte héberge entre 800 et un millier d’espèces dans ses selles. Un tiers sont communes à tous, deux tiers sont propres à chacun ; en somme chacun possède son profil personnel, sorte de code-barres du microbiote.

À quoi sert le microbiote ?

Il exerce de nombreuses fonctions physiologiques qui vont avoir un impact sur notre santé:

il aide à digérer

il permet de fabriquer certaines vitamines (vitamines B, vitamine K)

il contribue au maintien de l’intégrité de la muqueuse intestinale. On sait que la muqueuse agit comme un filtre à café qui permet l’assimilation des nutriments et micronutriments. En cas de dysfonctionnements, celle-ci peut perdre son étanchéité et perturber les échanges en laissant passer les éléments indésirables.

il a un rôle primordial sur les défenses de l’organisme en particulier par l’effet barrière. Il existe des micronutriments capables de moduler, de manière bénéfique, le microbiote ; on les appelle prébiotiques et probiotiques.

  • Les prébiotiques sont des fibres, le plus souvent des fructanes non digestibles qui stimulent au niveau du côlon la multiplication ou l’activité de certaines bactéries susceptibles d’améliorer le fonctionnement du microbiote. Les prébiotiques servent de nourriture aux probiotiques et leur permettent ainsi de se multiplier.
  • Les probiotiques sont des bactéries vivantes qui permettent de restaurer les propriétés de la flore intestinale. Ils contribuent à empêcher la prolifération de germes indésirables.

Quand il y a déséquilibre du microbiote peuvent s'installer alors de nombreux troubles physiques au niveau des intestins mais aussi psychologiques, stress et dépression entre autre.

Comment rétablir l'équilibre

Pour rétablir l'équilibre, éliminez de votre alimentation les aliments que vous ne tolérez pas : céréales raffinées, en particulier le blé riche en gluten, et les produits laitiers. Il faut alors les supprimer pendant trois à quatre semaines pour observer le résultat. Simultanément, il est indispensable de soigner son hygiène de vie, en faisant plus d'exercice physique doux (ou contraire, les efforts physiques violents aggravent l'inflammation), en respirant mieux (cohérence cardiaque), en prenant le temps de se préparer à manger et de mâcher.
Pour restaurer la qualité de la muqueuse intestinale, privilégier des aliments anti-inflammatoires (noix et poissons riches en oméga-3, légumes cuits, salades, épices douces) et des tisanes (acore, ortie, achillée).
Il sera enfin nécessaire, dans la plupart des cas, de réensemencer sa flore intestinale avec de bons probiotiques.

Où les trouver dans notre assiette ?

Les prébiotiques sont majoritairement présents dans les fruits et légumes (bananes, asperges, ail et oignon, salsifis cuits, artichauts, poireaux, chicorée, blé, seigle, topinambour, avoine, orge, la plupart des légumineuses (dont le soya), Jicama, sorte de tubercule utilisé comme les patates au Mexique et dans des pays chauds, Yacon, racine sud-américaine (Pérou)

Les probiotiques se trouvent dans les laits fermentés ou sous forme de compléments alimentaires, particulièrement efficaces car plus concentrés. Les fromages fermentés, à pâte dure ou molle, contiennent des bactéries du genre Lactobacillus et des moisissures, en particulier au niveau de leur croûte (camembert, munster...) ou en leur sein pour les pâtes persillées (comme le roquefort).
Les produits laitiers ne sont toutefois pas les seuls à apporter naturellement des bactéries à l’alimentation.
Les préparations à base de chou (choucroute crue, kimchi...) ou de soja (miso, tempeh...), les cornichons au vinaigre, les olives, certaines boissons (kéfir de fruits, bière blanche...), des charcuteries, des poissons, des crustacés... combinent naturellement différentes souches indispensables à leur obtention.

Les commentaires sont fermés.